Une mère de 26 ans arrêtée pour avoir couché avec son fils adoptif de 17 ans

Neuf jours avant d’être arrêtée par la police à Fort Walton Beach en Floride, aux Etats-Unis, Lauren Myers a divorcé avec son mari. La femme de 26 ans a été placée derrière les barreaux pour six ans après avoir eu des relations sexuelles avec son fils adoptif de 17 ans. Comme le rapporte The Sun, elle officiait comme travailleuse sociale et oeuvrait pour l’organisation Families First Network. Avant de l’adopter officiellement, le garçon avait été placé à son domicile.

En mai 2018, une source a dénoncé aux forces de l’ordre cette relation spéciale entre la mère et son fils adoptif. Les deux concernés n’ont pas nié. Ces derniers ont alors avoué avoir entretenu une relation très intime pendant environ deux mois. Lauren Myers a révélé avoir couché “sept ou huit” fois avec le garçon de 17 ans.

Toutefois, les rapports sexuels étaient consentis par les deux personnes. L’adolescent a confié “ne pas avoir le sentiment d’avoir fait quelque chose de mal”, puis a rappelé qu’il allait bientôt obtenir sa majorité. Il a également assuré ne pas avoir été “violé” par sa belle-mère. Malgré ces aveux, cette dernière ne peut plus avoir de contact avec son fils adoptif. Aussi, il lui est interdit d’approcher d’autres mineurs

L’ONU poursuit ses efforts dans la lutte contre le choléra

Dans son dernier rapport sur la Mission des Nations Unies d’Appui à la Justice (Minujusth) le secrétaire général de l’ONU fait état des efforts dans le cadre de la lutte contre le choléra en Haïti.

” L’ONU a continué d’appuyer l’action entreprise par les autorités haïtiennes pour lutter contre le choléra dans le cadre du Plan d’élimination du choléra en Haïti. Dans une évolution positive, le nombre de cas n’a pas sensiblement augmenté pendant la saison des pluies. Bien que des cas présumés de choléra continuent d’être signalés dans tout le pays, le nombre de nouveaux cas présumés dans l’ensemble du pays a chuté pour atteindre en moyenne 46 cas par semaine en septembre et la première semaine d’octobre, contre 301 cas présumés par semaine au cours de la même période en 2017.

Au plus fort de l’épidémie en 2010, le nombre de cas présumés était supérieur à 18 500 par semaine. Le secrétaire général de l’ONU insiste sur la nécessité de renforcer la lutte anticholérique pour que l’on puisse continuer de sauver des vies et de réduire la transmission de la maladie, conformément aux objectifs définis dans le Plan d’élimination du choléra. Les équipes d’intervention rapide du Ministère de la santé et de la population, épaulées par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ont joué un rôle déterminant dans les réussites dans la lutte contre la maladie.

Une réduction précoce du nombre de ces équipes crée un risque de voir l’épidémie de choléra reprendre. Dans le cadre du volet 2 de la nouvelle stratégie de l’ONU contre le choléra, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) finalise des consultations locales à Mirebalais en vue de fournir une assistance matérielle à ceux qui sont le plus directement touchés par la maladie.

Avec l’appui du Bureau de l’Envoyé spécial pour Haïti, de l’UNICEF et de la MINUJUSTH, le PNUD et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) travaillent à ce qui va suivre la phase pilote pour fournir à d’autres communautés gravement touchées un soutien similaire.

LLM / radio Métropole Haïti

Daméus démissionne du Parquet

Le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, M. Clamé Ocnam Daméus, a remis hier sa démission au ministre de la justice, Rudy Aly. M. Daméus, un parquetier doté d’une longue expérience, justifie sa décision en raison des menaces politiques dont il est l’objet. Même s’il n’a pas fait la lumière dans sa correspondance sur les secteurs politiques responsables de ces menaces, M. Daméus a assuré que l’histoire lui donnera raison.

“J’ai décidé de démissionner de mes fonctions de Commissaire de gouvernement près du tribunal de première instance de Port-au-Prince et de membre du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Car j’ai une trop haute estime pour la politique au service de la Nation haïtienne pour accepter d’être utilisé comme un outil de manipulation et de perversion de la justice. Un jour, une justice réellement libre et indépendante dira toute la vérité sur les grands dossiers de l’heure et l’histoire sera alors mon seul et unique juge, ” precise le magistrat.

” De simple Commis-parquet, Assistant commis-parquet en Chef, Commis-parquet en chef, Substitut commissaire du gouvernement à Commissaire du Gouvernement en Chef et membre du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire à deux reprises, je demeure ainsi un fils légitime de cette justice et je l’affectionne trop pour me rendre complice de ceux qui veulent l’assassiner, et ce, de quelque sensibilité politique qu’il puisse être. Devant les multiples difficultés et pressions politiques de toutes sortes qui m’empêchent de mener à bien mon travail de défenseur de la société, je me retrouve dans l’obligation de démissionner de ces fonctions “.

Les avocats du barreau de Port-au-Prince sont en grève depuis trois mois et exigent la démission du chef du Parquet. Cette grève provoque une paralysie du système judiciaire dans la juridiction de Port-auPrince. M. Daméus a été remplacé par l’ancien substitut du Commissaire du Gouvernement Me Paul Eronce Villard.

LLM / radio Métropole Haiti

Restrictions sur les franchises douanières

Le gouvernement haitien annonce un tour de vis pour les instituions publiques et les ONG en ce qui a trait aux franchises douanières. Le ministre de l’économie et des finances, Ronald Décembre, annonce que le gouvernement entend s’attaquer à l’épineux dossier des franchises douanières.

Au cours des derniers mois plusieurs parlementaire dont l’ex président du Sénat, Youri Latortue, avaient alerté sur les conséquences néfastes des franchises douanières sur les finances publiques.

Le gouvernement a décidé de prêcher par l’exemple en éliminant les franchises douanières pour les organismes publics.

Dans le même temps les autorités haitiennes réclament un effort des ONG qui apportent une aide dans les secteurs économiques et sociaux. Tous les bordereaux dans le système, portant sur l’exonération fiscale des organisations non gouvernementales, subissent des modifications importantes. Les organisations non gouvernementales bénéficient désormais d’une exonération à hauteur de 50% , a précisé le ministre de l’Economie et des Finances (MEF).

Ces dispositions ne concernent pas des secteurs humanitaires ou prioritaires tels l’importation des aliments, des médicaments, du matériel de santé, des équipements agricoles et éducatifs.

Le président de la commission éthique et anti corruption du Sénat, Youri Latortue, avait révélé qu’au cours de l’exercice fiscal 2017-2018, l’Etat haïtien avait accordé plus de 20 milliards de gourdes de franchises douanières.

Les entreprises privées qui bénéficient de franchises douanières dans le cadre de programmes pour encourager la création d’emplois ne sont pas concernées par ces dispositions. Toutefois ces entreprises sont dans le collimateur de la commission éthique.

Les parlementaires exigent une investigation approfondie en vue de détecter les fraudes et utilisations abusives de ce programme.

Le sénateur Latortue soutient que certaines entreprises ne respectent pas les critères légaux notamment en ce qui a trait au nombre d’emplois à créer.

LLM / radio Métropole Haiti

Clifford Brandt avoue le kidnapping des Moscosso

L’entrepreneur Clifford Brandt a admis, ce vendredi 14 décembre 2018, être l’auteur intellectuel de l’enlèvement de Nicolas ét Coralie Moscosso. Lors de la 5 ème journée du procès criminel au Palais de justice Gonaïves, M. Brandt après maintes tergiversations a confié avoir donné l’ordre à son body guard, Edner Comé, de réaliser l’enlèvement et la séquestration.

De l’avis de M. Brandt il s’agissait d’une vengeance en raison d’un conflit entre des familles d’entrepreneurs. Il accuse les Moscosso d’avoir décroché un important contrat de vente de véhicules à l’état haitien au détriment de sa famille.

Le père de Clifford Brandt, propriétaire de la Compagnie Haitienne de Moteurs, qui avait gagné l’appel d’offre, a finalement été écarté suite à son arrestation pour contrebande .

Clifford Brandt semble éprouver des remords et s’est dit prêt à présenter des excuses aux membres de la famille Moscosso.

Les révélations de M. Brandt, sont surprenantes parce qu’il avait toujours nié toute implication dans l’enlèvement des Moscosso. Répondant aux questions du juge Denis Pierre Michel, M. Brandt a clairement ondiqué qu’il avait financé l’enlèvement et la séquestration des Moscosso.

Les forces de l’ordre interviennent à La Saline


La situation dans le bidonville de La Saline préoccupe les autorités gouvernementales haitiennes.
Il y a eu un affrontement meurtrier entre des gangs, a confirmé le secrétaire d'état à la sécurité publique, Ronsard Saint Cyr lors d'une conférence de presse hier. Les forces de l'ordre ont réalisé hier une intervention dans la zone en vue de reprendre le contrôle de la région. L'intervention a été réalisée 4 jours après les affrontements violents entre des gangs armés pour le contrôle de territoire, a expliqué M. Saint Cyr.

Interrogé sur ce retard le secrétaire d'état ainsi que le porte parole de la de la Police, Michel Ange Louis Jeune ont mis l'accent sur la nécessité de bien planifier l'opération. Les forces de l'ordre ne peuvent investir les lieux en tirant dans toutes les directions, a dit l'officier de police.

M. Saint Cyr a fait valoir que des troupes importantes sont déjà déployées dans le bidonville du Village de Dieu. Les autorités policières ont dû mobiliser de nouveaux effectifs pour cette intervention urgente.

L'affrontement a opposé des gangs déjà implantés dans la région. Toutefois le secrétaire d'état estime que des bandits d'autres régions seraient venus en renfort à ces groupes ce qui expliquerait l'extrême violence. Les deux principaux gangs en conflit avaient enregistré des pertes importantes au début du mois. L'un dès chefs de gang avait été tué et l'autre blessé puis apprehendé par la police.

M. Saint Cyr a par ailleurs dénoncé le comportement de plusieurs dirigeants politiques qui l'ont à tort accusé d'être l'instigateur de ces violences. Il soutient que ces déclarations mensongères offrent la part belle aux criminels qui peuvent sans crainte poursuivre leur forfait.

Présentant ses sympathies aux familles des victimes le secrétaire d'état a donné l'assurance que les auteurs de ces crimes seront appréhendés et livrés aux à la justice.

LLM / radio Métropole Haïti

Gilets jaunes: quelle suite pour le mouvement?


Quelle suite donner au mouvement de protestation des "gilets jaunes"? C'est la question qui se pose après cette journée du 17 novembre. Ce samedi, dans toute la France, près de 283.000 personnes ont protesté contre la politique du gouvernement, particulièrement contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat. Selon le ministère de l'Intérieur, il y a eu 2.000 rassemblements sur l'ensemble du territoire. Des manifestations parfois tendues qui ont entraîné des accidents faisant un mort et 227 blessés.

Sans leader et sans encadrement par des organisations politiques et syndicales, ce mouvement reste peu lisible et prévisible. La suite des événements n'est pas encore écrite. Mais les réponses du gouvernement n'ont sans doute pas de quoi satisfaire les "gilets jaunes".

A Caen, toujours mobilisés. En effet, l'exécutif se montre inflexible sur la fiscalité du carburant. Mercredi, Edouard Philippe avait assuré rester ferme sur la taxe des carburants, tout en annonçant sur RTL un élargissement du chèque énergie et une augmentation de la prime à la conversion pour les ménages modestes. Un message qui n'a pas apaisé les mécontents.

Sur notre antenne, ce samedi, Laetitia Dewalle, figure du mouvement des "gilets jaunes" dans le Val d'Oise, a indiqué son intention de continuer le mouvement. "Jusqu'à ce que l'Etat prenne en compte nos revendications", a-t-elle martelé

Haiti’s President Launches PetroCaribe Investigation

Haitian President Jovenel Moise has reiterated his commitment to rooting out corruption.

Responding to protester demands to “tell us where the PetroCaribe money is” Moise tweeted Thursday that his administration would investigate the allegations of misuse of funds and would hold all those responsible accountable.
Je demande au Chef du Gouvernement de donner tous les accompagnements requis aux institutions concernées,notamment l’appareil judiciaire pour que lumiere soit faite sur l’utilisation des Fonds PetroCaribe. Personne n’échappera à la justice. C’est un devoir moral et de justice.
No one will escape justice. It’s a moral and judicial duty,” he said.

The president’s press secretary Eddy Jackson Alexis told reporters Moise had officially notified all government officials involved in the PetroCaribe agreement that they were to make themselves available to respond to a judicial inquiry.

According to the spokesman, the PNH (Police Nationale d’Haiti), widely criticized in July for failing to stop looters who ransacked businesses and gas stations, accomplished its mission this time around. Louis-Jeune said police thwarted a plot to loot two markets during the protests, but declined to identify the targeted businesses.

“We arrested several individuals who were on motorcycles, with gas cans in hand and who were unable to explain why they had these cans and what they planned to do with them,” he said. Illegal weapons were also seized from several individuals.

President Moise congratulated the police force on a job well done.

Earthquake of 5.9 in the North of Haiti

The Directorate of Civil Protection (DPC) has published its first status report following the magnitude 5.9 earthquake on the Richter scale that occurred Saturday night in northern Haiti, the report covers the period from Saturday 6 at the time of the earthquake to Sunday 7 October 2018 at 1 am.
The shock was felt across all departments of the country, creating a panic in several cities, according to the testimony of the teams of the Civil Protection. The earthquake caused the deaths of ten people – 7 in Port-de-Paix (North-West) and 3 in Gros Morne (Artibonite). At least 135 people are injured and taken care of in hospitals. Many houses are destroyed or damaged.

Hospitals in the North West, Artibonite and North departments received and treated at least 135 wounded, including fractures and minor injuries. Civil Protection teams are at work across the country and especially in the North West where two slight aftershocks have been felt since. The Directorate of Civil Protection invites people to keep calm and not to rely on rumors.

The earthquake did not require the launch of a tsunami warning.

Situation at the department level : Artibonite :

Gonaïves : Twenty wounded, About 5 cracked houses

Gros-Morne : 3 dead, 30 wounded, 15 homes destroyed, 10 homes damaged

Terre Neuve : 4 wounded, 8 homes destroyed

Cap-Haïtien : 14 victims in total: 2 cases of hysterical crisis, 9 slight injuries (panic), 10th injured (motorcycle accident) with a broken leg, 1 pregnant woman received in the emergency department (panic), 1 cardiovascular accident

Plaisance : Partial collapse of the facade of the Catholic Church, 4 minor injuries due to panic movements.

North West : Entire department: 63 injured: 34 women, 2 teenage girls / women and 25 men, two teenage boys welcomed and treated at the Hospital Immaculate Conception and Beraca Hospital (La Pointe)

7 dead

Partial balance of damage : Bilan humain

The assessment of the earthquake is 10 deaths – 7 in Port-de-Paix and 3 in Gros-Morne. The people died because of the collapse of buildings. At least 135 wounded were received and treated in hospitals that night.

Habitat
Several buildings are destroyed or damaged, including cases of cracked houses. The most concerned departments are North West and Artibonite. Building evaluations will continue this Sunday.

Infrastructure
No major damage has so far been reported with regard to road, port, airport, health, education, sports and telecommunication infrastructures, with the exception of a cultural center that collapsed in Gros-Morne in the Artibonite.

Coordination
The Coordination, Information and Analysis and Public Information areas of the National Emergency Operations Center were partially activated during the night of October 6-7. Upon receipt of the first alert, the communication was initiated and maintained with the hierarchy of the National System of Risk and Disaster Management, as well as departmental coordination of risk management and disaster

Recherche et Sauvetage
Civil Protection teams are hard at work across the country and especially in the North West and Artibonite to help the population. Specialized teams are ready to conduct search and rescue operations if needed.

Santé
Hospitals in the North West, Artibonite and North departments received and treated 135 wounded, including broken bones and minor injuries.

HL/ HaitiLibre

Un juge accusé de corruption

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de Première Instance de la Croix des Bouquets, Yvon Jean Noel, se trouve malgré lui au centre de l’affaire Nice Simon. M. Jean Noel a été mis en disponibilité par le ministre de la justice suite aux accusations de la Mairesse de Tabarre faisant état de son implication dans des tractations pour empêcher une enquête sur des accusations de corruption.

Les responsables du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) réclament une enquête pour faire la lumière sur les révélations de Mme Simon. Le RNDDH rappelle que M. Jean Noel avait été dénoncé par des citoyens et des avocats au cours de ses précédentes affectations à la Grande Rivière du Nord et à Fort Liberté. Le RNDDH affirme que M. Jean Noel avait été accusé en 2010 de bourrages d’urnes en faveur du candidat Occin Jacques Benjamin. Il était à cette époque président du BEC de Grande Rivière du Nord.

De son côté le chef du Parquet de la Croix des Bouquets révèle que Mme Simon été sous le coup d’une investigation pour des allégations de corruption à la Mairie de Tabarre. Il soutient que l’enquête, réclamée par l’Unite de Lutte contre la Corruption, concerne des détournements de fonds. La Mairesse devrait répondre à une nouvelle convocation avant la fin de cette semaine.

M. Jean Noel nie avoir des liens privilégiés avec M. Yves Léonard assurant qu’il n’avait pas élu domicile à Kingdom Hôtel, appartenant à M. Léonard.

LLM / radio Métropole Haïti